Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 mai 2016

2884

A Thonon-les-Bains, l'autre jour, je revenais. Six ans écoulés ou presque depuis ma première venue en médiathèque, ici, à l'occasion de la sélection Lettres-Frontière du Baiser de la Nourrice. Sur un présentoir, mes livres disponibles pour les adhérents de la bibliothèque. Logiquement, il y a un exemplaire du Baiser. Il est dédicacé. La dédicace date de mon premier passage, en 2010 donc. Je souris : un dessin représentant un milicien dans la brume est accompagné de quelques mots souhaitant « bon courage » au lecteur qui s'aventurerait à emprunter ce roman. Je pensais sincèrement qu'il en fallait, du courage, pour affronter 150 pages d'angoisse et d'étouffement. Je sais dans quel état d'esprit j'ai écrit ces mots. Un goût pour la dérision, une distance par rapport au merveilleux moment que je vivais. J'espérais bien sûr que suivraient d'autres parutions, mais je cherchais à me convaincre que mon aventure éditoriale s'arrêterait là. Il ne fallait surtout pas que je me prenne au sérieux, que je me mette à « y » croire. Alors, « bon courage », oui, rions ensemble, je ne suis pas vraiment un écrivain vous savez, pas plus que Simon Jérémi n'est vraiment acteur, tout cela n'a pas d'importance, je n'y crois pas moi-même, je fais semblant, nous faisons semblant n'est-ce pas ? (tandis qu'intérieurement : j'y mets ma vie ! ne me regardez pas mais je tremble, ne m'écoutez pas mais je hurle). Retrouver cette dédicace m'a fait penser à une chose : il m'arrive encore de dédier un livre en ajoutant « bon courage » ou une formule qui sous-entend que tout ça est risible. Ce qui signifie au fond que je me dénie le droit de me considérer comme écrivain. Je ne sais quel franchissement permettrait de m'accepter. Et si ce franchissement, cette acceptation, est un enjeu ou pas.

Commentaires

Le garçon de café se prend-il pour un garçon de café ? ta chronique m'a fait penser à Sartre ce matin (samedi, je suis en retard !)

Écrit par : FLR | samedi, 07 mai 2016

C'est vrai. Le problème est peut-être que je ne me suis jamais senti ce que j'étais censé être : graphiste, vidéaste, affichiste, assistant de conservation... La crainte de l'imposture, partout, tout le temps. Ce doit être pathologique.

Écrit par : Christian | samedi, 07 mai 2016

n'est-ce pas plutôt un excès de lucidité ? Ce que tu éprouves (ou plutôt ce que nous éprouvons),l'impossibilité de coïncider avec soi, Sartre l'a bien décrite. Mais si nous avions vécu dans la société féodale, nous n'aurions sans doute pas pu avoir ce genre de vertige...

Écrit par : FLR | samedi, 07 mai 2016

Les commentaires sont fermés.