Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 mars 2016

2822

Autour de la proue, l’embâcle mortelle dévorait jusqu’au sable des rives. La steppe s’étendait au-delà, étale et nue. D’énormes nuages ventrus glissaient sur l’horizon.

Un murmure sur la plaine, lointain et irritant comme un feulement de loup, courait jusqu’aux marins, brutes intrépides que ces temps violents avaient fait naître.

Conan vieillissant, s’abîmait dans la contemplation des âpres profondeurs du fleuve immobile ; il revit en un instant les ors sanglants de sa gloire passée, ressentit à nouveau la brûlure des amours perdues et les fragrances jaspées des cheveux des guerrières, mortes pour lui, il s’attarda encore sur le souvenir du fracas des batailles, des cieux rougis par la poussière écarlate des combats,  et s’avoua que, depuis qu’il était parti pêcher le saumon avec ses copains, il s’emmerdait.

Les commentaires sont fermés.