Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 avril 2016

2859

Momie_MnHn.jpgMusée de l'Homme (Museum national d'Histoire naturelle, Paris, tout récemment rénové). Visite de l'exposition permanente. Je m'arrête devant une vitrine où il est question des rapports de l'Homme avec la mort. Sa préoccupation de la destination du corps, de la préservation des chairs pour défier le temps. J'avise une momie précolombienne particulièrement expressive. Je m'empresse de la croquer sur mon calepin et lit ensuite le cartel pour apprendre que c'est elle qui aurait inspiré à Munch son fameux « Cri. » Des signes manifestes par delà les siècles, des figures qui ne laissent aucun témoin en paix. Étrangeté du rapport esthétique entre ce qui fut une personne et la personne qui regarde, relation confuse entre le corps vivant, oublié, métamorphosé (car il serait insupportable de visiter un cadavre), et la sculpture asséchée qu'il est devenu. Où sommes-nous, là-dedans, que voyons-nous vraiment ? La réduction esthétique d'un être humain ? Les portraits peints ont-ils la même fonction ? Pourquoi sommes-nous indemnes de honte et de tristesse en braquant nos regards sur ce vestige d'humanité, qui n'a pas moins pensé, aimé que nous, pas moins vécu que nous ? A quel instant précis le cadavre devient-il aussi peu incarné que sa propre représentation ?

Commentaires

non, pas indemne, pas indifférent non plus ; parfois choqué parfois contemplatif parfois philosophe devant l'éternelle dualité vie/mort et la question que nous nous posons tous : quel sens lui donner ! même angoissante réflexion que lorsqu'on entre dans un cimetière...

Écrit par : La Nouille | mercredi, 13 avril 2016

Je ne sais pas... Les cimetières me semblent une "stylisation" de la présence de la mort. Pierres, croix, tombes, statues éventuellement : les corps sont absents, éludés en quelque sorte. Le corps d'une momie oblige à faire face à notre fin dépassée. Il se joue d'autres choses que le "simple" dialogue vie/mort, en leur présence. Enfin, il m'a semblé.

Écrit par : Christian | mercredi, 13 avril 2016

Les Toraja se sont manifestement posé la question et y ont trouvé une toute autre réponse que nous :) Leurs pratiques funéraires sont pour le moins surprenantes, notamment dans leur relation aux morts et aux corps.
Si tu ne connais pas, tu peux effectuer des recherche sur la cérémonie du Ma'nene, mais je te préviens, tu vas voir passer des dizaines de photos de corps momifiés.

Écrit par : CXZman | mercredi, 13 avril 2016

Merci du conseil. Je vais y vouér...

Écrit par : Christian | jeudi, 14 avril 2016

Les commentaires sont fermés.