Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 novembre 2016

3068

En compagnie de mon Martin Sourire, j'ai fréquenté et exploré la notion de peuple pendant plus de deux ans. J'ai approché le sens de ce mot, l'ai interrogé, considéré sous toutes ces faces… pour ne rien en conclure de certain. Sinon que le peuple serait une masse critique, un nombre anonyme qui se reconnaît un jour une force politique. Par masse critique, j'entends un ensemble aux contours indéfinis, suffisamment large, dont les intérêts, au moins sur un temps court, dépassent les intérêts des groupes particuliers qui le composent. Il n'est donc pas nécessaire que ce qu'on peut appeler peuple rassemble toute la population d'un pays ; il n'est pas nécessaire même qu'il en représente la majorité. Simplement, sous l'effet conjugué de facteurs indépendants, la majorité de la population abandonne à cette entité -par paresse, ennui, lassitude, peur ou absence de perspectives- la responsabilité d'un bouleversement.
Le peuple, c'est l'humanité, l'humanité c'est l'aventure, l'aventure est risquée, incertaine, et son but est rarement raisonné.

Écrire un commentaire