Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 mai 2016

2878

Réservé aux connaisseurs :

"J'ai frissonné involontairement. Malika a saisi ma main. Elle me fixe, l'air grave. Elle a cru à un spasme de douleur ; je lui souris. « Tout va bien. Je vais essayer de dormir. » Elle libère ma main, me retient par son regard insistant, pas convaincue. « Je t'assure. Tu devrais te reposer, toi aussi. » Apaisée, elle glisse sur la banquette et se colle à la vitre du ferrail, tente de l'essuyer pour contempler le paysage. Le verre est opacifié de projections de créosote et de pluie sale, mais on devine à travers ce filtre, se détachant sur la plaine comme des aiguilles de quartz qui brodent les nuages, l'éclat cristallin des flèches du mausolée de Movorin. L'air me manque soudain. Je dois me calmer. Prochain arrêt, Sargonne."

 

Extrait de "Cryptes". Roman en cours d'écriture.

Commentaires

Je retournerai à Sargonne avec un grand plaisir pour ma pomme!

Écrit par : joven writer | dimanche, 08 mai 2016

Merci. Une chose que je n'avais pas prévue : c'est émouvant pour moi de revenir sur les traces de mes personnages et sur les lieux de leurs aventures.

Écrit par : Christian | dimanche, 08 mai 2016

Oui, j'imagine. L'impression de retrouver des connaissances intimes, de refaire un bout de chemin avec eux.
Je dois t'avouer que j'en retrouverai certains avec plaisir aussi si le retour en arrière n'oblige pas à la création de trop de nouveaux protagonistes.
J'avais lu il y a longtemps le manuscrit "A la droite du diable", qui reste mon Chavassieux préféré (je n'ai pas encore lu Pangée, j'ai honte, tu es dans la pile dans peu de temps derrière Houellebecq et Eco qui s'est invité récemment): je... enfin si j'osais... Bref, tu m'as compris...

Écrit par : joven writer | lundi, 09 mai 2016

J'ai compris. Mais dans un an, pas avant.

Écrit par : Christian | mardi, 10 mai 2016

Les commentaires sont fermés.