Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

3165

Une idée piquée par ailleurs, sur le net. Plutôt que de m'autoriser à donner mon avis si peu argumenté et instruit à propos des textes poétiques que je lis, je vais désormais vous proposer dans de tels cas des lectures d'extrait(s). Ici, un des textes de Christian Degoutte, choisi (très arbitrairement) dans son dernier recueil : Ghost Notes. Ces « notes fantômes » sont une série d'images, des instantanés écrits comme on photographie, depuis une terrasse, une rue, un parvis, un belvédère, une route. Des moments souvent traversés de lumière, toujours en état de grâce. En note, justement, à la fin du recueil, l'auteur cite le Petit précis de clarinette basse de Michel Pellegrino (Christian Degoutte est clarinettiste, au passage), pour définir ce que sont en musique, ces Ghost Notes : des notes « à peine audibles » qui « contribuent énormément à l'esprit swing. Elles se réalisent en posant très légèrement la langue sur l'anche le temps de la note, de telle façon que l'on entende imperceptiblement sa résonance dans le tube de l'instrument. » Cette subtilité d'impression caractérise en effet chaque court texte de ce recueil.
Je vous propose d'écouter, donc, un de ces jolis instantanés. Ici, c'est On aurait dit Eugenio Montale.


Je n'ai pas demandé son autorisation à l'auteur, mais je crois qu'il ne m'en voudra pas.

Ghost Notes est paru en décembre 2016 chez Potentille : 8 allée Marcel Paul ; 58640, Varennes-Vauzelles. 40 pages. 8 €

Écrire un commentaire

Optionnel