Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

3700

  Mina appelait sa mère quotidiennement, plusieurs fois ; elles étaient très liées. Alors deux jours sans nouvelle de sa fille, Martha était très inquiète. On ne l'avait pas vue non plus à son travail. C'était une indélicatesse impensable chez elle. Il n'y aurait aucun secours du côté de la police, la mère le savait : « votre fille est majeure, elle a le droit de partir sans prévenir personne », lui rétorquerait-on. Après une enquête infructueuse auprès des hôpitaux, Martha se rendit à Paris où vivait Mina. Elle avait la clé de l'appartement. Car c'était le sien. Martha avait décidé de vivre en province auprès de son compagnon ; Mina venait de trouver cet emploi dans la capitale. La solution était évidente : lui prêter son appartement déserté, plutôt que de le louer. Le concierge de l'immeuble confirma qu'on n'avait pas vu la jeune femme depuis plusieurs jours. Il ne s'était pas inquiété : une belle fille comme ça pouvait découcher quelque temps. Martha pénétra dans l'appartement. Tout était en ordre, propre. Aucune trace de lutte ou de cambriolage, pas d'effraction. Comme si sa fille était partie après avoir fait un ménage consciencieux, sans précipitation. Martha savait qu'elle devrait s'en sentir apaisée. Pourtant, un sentiment de panique commençait à la gagner. Elle appela son compagnon, demeuré chez eux : « Je vais rester ici, au moins cette nuit. On ne sait jamais, elle va peut-être rentrer. » Le crépuscule. Martha ne parvint pas à manger. L'appartement silencieux. L'obscurité. Elle erra un temps sans but entre les pièces avant d'aller se coucher dans la chambre de Mina.
  Un dernier coup de fil à son compagnon. Elle : des pleurs d'angoisse. Lui : des paroles rassurantes. Chacun dans son rôle. Le sommeil enfin, qui la saisit. Et puis, dans la nuit, Martha se réveille brusquement. Elle est en sueur. Une pensée a surgi, qui l'a jetée hors des rêves. Le rappel d'une sensation, plutôt. Dans la soirée, alors qu'elle était assise ici, elle avait échappé un stylo de son sac à main. Il avait glissé sous le lit ; elle s'était penchée pour le ramasser. Il lui revenait seulement maintenant, mais avec quelle autorité, que ses doigts, en saisissant le stylo, avaient touché quelque chose. Et maintenant, la sensation de ce quelque chose venait de s'éclairer dans ses pensées : ce pourrait bien être une masse de cheveux. Les cheveux du corps de Mina au dessus duquel elle dormait depuis quelques heures.
Elle éclaira, se précipita. C'était sa fille, nue martyrisée, torturée, violée, étranglée.

Tuée par le concierge, qui n'avouerait que des semaines plus tard.

Écrire un commentaire

Optionnel