Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Contes horrifiques

  • Conte horrifique

    Depuis quand s'agitait-il ainsi, dans son sommeil ? En tout cas, son mari à présent rugissait, râlait, se tordait, se tournait et retournait. Il ne se passait plus une nuit sans qu'il fût la proie de cauchemars terribles. Impressionnée, elle avait longtemps hésité à le réveiller. Et puis, une nuit, comme il semblait s'étouffer et battait l'air de gestes saccadés, elle le prit à l'épaule et le secoua en l'appelant. Il eut un sursaut formidable et, ouvrant les yeux, se mit à hurler : « Demain ! » puis il s'effondra et s'endormit paisiblement.
    Le lendemain, en ouvrant les volets, elle découvrit sur l'horizon une vibration lumineuse qui enflait, dont l'éclat augmentait en même temps que le volume, et derrière laquelle le paysage disparaissait, comme avalé. L'éclat devint insoutenable. Elle se tourna vers son mari. Il était réveillé, les yeux écarquillés, bouche bée, il regardait la lumière envahir la chambre. Puis il baissa le regard, inclina la nuque dans un geste d'acceptation.

  • Conte horrifique

    Nous, nous étions accoutumés à leurs silhouettes sombres aux contours incertains, mais nos invités hurlaient de peur quand ils voyaient les Autres s'accroupir silencieusement sur la table, dans le salon, sur un meuble, puis, avec une lenteur qui leur était propre, s'allonger démesurément pour s'élargir en taches contre le plafond ou sur le plancher avant de disparaître. Rares étaient les amis qui, comme nous, continuaient imperturbablement à grignoter leurs cacahuètes en évoquant leur journée de travail.

  • Conte horrifique

    Sous les murs de la prison où des Palestiniens font la grève de la faim, des familles israéliennes se sont réunies joyeusement pour faire des grillades. L'horreur est bel et bien de ce monde.

  • Conte horrifique

    Il n'avait jamais osé en parler, à qui que ce soit. Son souvenir le plus ancien et le plus net était une visite à des parents et plus précisément son entrée dans le salon, la télévision allumée et, tournée vers lui, une créature simiesque, énorme, au regard pénétrant. Cette image dérangeante était liée de façon inextricable à la voix de sa mère, le poussant vers cette sorte de singe : « Dis bonjour à ton oncle. »

  • 3190

    Il avait d'abord éclaté de rire devant cette série. La vision parodique d'une famille au quotidien. Les parents médiocres et mesquins, les enfants fourbes et antipathiques. Il remarqua un jour que le canapé de la série était le même que le sien, et que la tapisserie et l'agencement général du décor étaient une copie de son salon. Il lui sembla aussi que les répliques des comédiens imitaient les échanges de la famille. Les situations étaient très proches de ce qu'ils traversaient. Il s'étonna que, vu par la télévision, leur vie parût si drôle. C'était tellement mieux ainsi. Il se mit donc à s'inspirer des émissions pour clore une discussion, aborder un problème, raconter une anecdote. La famille suivit son exemple. Tous approchaient à présent de la vérité de la série. Et puis, un jour, alors qu'il venait de faire tomber le morceau de gâteau qu'il portait à sa bouche, des rires retentirent dans la maison.

  • Conte horrifique

    C'était une tessiture aigre, haute, avec un accent russe caricatural. Il venait de s'enregistrer et la voix que rendait l'appareil n'était pas la sienne. Il recommença, en surveillant son élocution et son timbre, et écouta la nouvelle prise. S'éleva alors une diatribe véhémente, un discours de colère mitraillé par des hurlements inarticulés. Pris de panique, il s'en fut trouver sa femme. Quand il s'adressa à elle, elle tenta de le calmer avec une belle voix de baryton à l'accent italien qu'il ne lui connaissait pas.

  • Contes horrifiques

    Il reposa la demande de rançon et commença à se taillader les bras avec un cutter. Qu'est-ce qu'ils vont pas chercher, se dit-il, et il comptait scrupuleusement le nombre voulu de petites coupures.

  • Contes horrifiques

    Le gouvernement ordonna d'aménager dans tous les appartements, même les plus exigus, un placard suffisant pour qu'un homme puisse y tenir debout. Des schémas normés avaient été transmis aux propriétaires. Des inspecteurs vinrent vérifier la bonne exécution de la loi. Ils venaient, mesuraient, validaient, puis posaient une serrure sur la porte, qu'ils refermaient avant de repartir sans un mot. Depuis, chacun devait supporter la présence du placard. Probablement vide, oui, mais comment savoir ? Mieux valait faire attention à ce qu'on disait.

  • Contes horrifiques

    Des satellites ont percuté la terre, l'un après l'autre. Puis les avions sont tombés d'un seul coup, disent les infos. Nous  apprenons alors que les nuages sont comme écrasés, ramenés vers le sol. Nous sortons pour assister au phénomène. Un crépitement submerge le pays. Un bruit de grêle causé par la chute de tous les oiseaux du ciel au même instant, et leur dégringolade parmi les branches, pour ceux qui étaient à la cime des arbres. D'ailleurs, la crête des peupliers fléchit, les pylônes électriques craquent depuis leur sommet, le toit des maisons explose.
    Nous courons nous mettre à l'abri dans la cave.
    Là, nous sentons sous les pieds une poussée, une remontée de terre irrépressible.

  • Contes horrifiques

    Le directeur les accueillit avec chaleur, sans adresser le moindre reproche à ce petit garçon turbulent et rebelle. C'était la quatrième fois que ses parents exaspérés le ramenaient au centre aéré. L'enfant n'avait pas su leur faire comprendre qu'ici, les animateurs se transformaient vraiment en loups-garous la nuit venue, et qu'il ne devait qu'à ses fugues d'être encore en vie après deux semaines de ce régime.

  • Contes horrifiques

    Il était moins étonné qu'il aurait dû. Le fait que sa grand-mère, morte l'avant-veille, entre chez lui, vienne tranquillement s'installer à sa place habituelle, devant son programme télé favori, n'était finalement que la suite logique de ce jour où il lui avait offert des roses. C'était il y a des années, et le bouquet était toujours là, resplendissant, couleur des pétales inaltérée, tiges saines et rigides.

  • Contes horrifiques

    Monsieur F. part au travail, prend sa voiture comme chaque matin. Son voisin d'en face est déjà parti, il est tôt, pourtant... Dans la maison du bas de la rue, la famille D. se précipite dans son gros 4x4. Le père de famille engueule les enfants qui traînent. Sa femme affolée échappe un sac dont le contenu se répand sur le trottoir. Elle ne prend pas la peine de ramasser, s'engouffre dans la voiture qui démarre en trombe et file sans s'arrêter au stop. Monsieur F. se dirige vers le centre ville où se trouve son bureau. Dans sa file, il est seul. L'autre côté est comble, on se klaxonne, on s'insulte. Des voitures tentent même d'emprunter sa voie pour doubler. Les magasins sont fermés. Une femme prend des fruits dans l'étal renversé d'une épicerie abandonnée. Monsieur F. commence à angoisser. Un flic qui tente d'organiser la circulation le voit, seul, sur sa voie. Monsieur F. descend la vitre pour demander ce qui se passe mais le flic ne lui laisse pas le temps de l'interroger : « Qu'est-ce que vous foutez là, vous ? Dégagez, dégagez ! » Monsieur F., désarçonné, arrive à son bureau. Madame D., sa secrétaire, est là. Enfin, quelque chose de normal, se dit Monsieur F. Alors, Madame D., soulagée, se précipite sur lui : « J'étais sûre que tu viendrais quand même. » Et elle l'embrasse avec une fougue étonnante. Comme si sa dernière heure avait sonné.

  • Contes horrifiques

    Quand sa moissonneuse éructa, émit ce hurlement de métal inouï, le paysan se dit que sa journée allait s'arrêter là. Un tel bruit qu'il lui avait semblé entendre les rouages craquer, l'arbre d'entraînement et les bielles et toute la mécanique se désarticuler. Il descendit de son tracteur, calculant déjà les ennuis qui suivraient. Entre les dents de la machine, dans la mâchoire atroce, il devina un corps. Pas de sang, mais une chair bleuie par la mastication de la ferraille. Parmi le fatras de membres et de muscles déchirés, deux yeux intacts le fixaient. Il rampait pour les rejoindre quand la machine se remit en marche.

  • Contes horrifiques

    Ce matin-là, impossible de nouer sa cravate. Il ne savait plus faire. D'ailleurs, il ne parvenait pas à relier ce rituel avec la logique qui l'imposait. Ce devait être pour aller au travail, mais de quel travail s'agissait-il ? Et puis, maintenant qu'il se regardait dans la glace, il lui fallut admettre qu'il ne se reconnaissait pas.

  • Contes horrifiques

    Tina redoutait de sortir de la station d'essence après son travail de nuit. Parking désert, route peu fréquentée, des champs au-delà. Personne en vue, mais la crainte de trouver un déséquilibré dans ce lieu isolé l'obsédait. Elle acheta un petit pistolet de défense. Une nuit, elle remarqua en partant, une silhouette d'homme qui semblait l'attendre près de sa voiture. Elle se mit à crier, sortit son arme et prévint qu'elle allait tirer s'il ne s'éloignait pas. L'homme fit un geste qu'elle interpréta comme une menace et elle fit feu. Il porta la main à son front et s'enfuit en gémissant. Elle se précipita vers sa voiture et démarra, complètement paniquée. Le lendemain, les gouttes de sang sur le parking, leur sillage qui disparaissait dans les champs, lui prouvèrent qu'elle n'avait pas rêvé. Elle renonça à appeler la police, nettoya les taches à grande eau. Tina craignait chaque jour que la police débarque, elle lisait le journal en se mordant les lèvres, écoutait distraitement les clients. Mais personne ne lui demanda de compte. Elle quitta ce travail, sa faible rémunération et ses mauvais souvenirs.

    Un an plus tard, aux jurés qui devaient statuer sur le sort du meurtrier de Tina, un expert, schéma à l'appui, montra comment une balle perdue fichée dans son crâne provoquait chez le sujet des crises de schizophrénie aiguës.

  • Contes horrifiques

    Dans le miroir du coiffeur, elle eut le temps de le voir empoigner les ciseaux et les plonger à la verticale au sommet de son crâne.

  • Contes horrifiques

    Il avait bien perçu, dans la voix de sa mère, une intonation étrange, comme si elle s'adressait à quelqu'un d'autre. Puis elle lui fit une remarque sur une femme qu'il ne connaissait pas, à propos d'une ville qu'il aurait traversée avec cette femme-là, alors qu'il n'y avait jamais mis les pieds. Quand le téléphone sonna, il crut trouver une diversion à son malaise grandissant, mais à l'autre bout du fil, une voix masculine inconnue lui souhaita un joyeux anniversaire en l'appelant Terrence. Ce n'était ni son nom, ni son anniversaire. Et là, il réalisa qu'il discutait dans une langue mystérieuse qu'il semblait soudain maîtriser parfaitement. Il y eut un énorme bruit de déflagration dehors et sa mère en tremblant s'exclama dans cette langue inconnue : « Mon dieu, qu'allons-nous devenir ?»

  • Contes horrifiques

    Elle est dans une cabine d'ascenseur à l'arrêt, dont les portes refusent de se refermer. Elle tape sur le clavier en vain. L'ascenseur reste ouvert sur un couloir dont on ne voit -la caméra étant en hauteur- qu'un trapèze lumineux. La vidéo muette déroule froidement ces cinq minutes de la vie de la jeune femme. Cinq minutes pendant lesquelles elle s'agite, passe une tête dans le couloir, rentre, n'ose sortir, tente de se cacher dans un angle, essaye encore de faire repartir l'ascenseur. Manifestement, il y a quelqu'un dans le couloir, que la caméra ne peut pas voir. Enfin, elle tente une sortie, on la voit debout dans le couloir, s'adressant à une personne, hors-champ. Elle est, buste en avant, à faire des gestes dont on pourrait penser qu'ils sont de négociation. Et puis, ses mains en s'agitant, prennent un angle bizarre, comme si elles étaient montées à l'envers sur les poignets. Les portes de l'ascenseur se referment sur cette image dérangeante.

    On a retrouvé son corps nu dans un réservoir, au sommet de l'hôtel. Parce que tout le monde se plaignait du goût ignoble de l'eau.

    L'affaire date de quelques années, reste inexpliquée, et la vidéo est visible quelque part sur le net, pour ceux qui n'ont pas peur des insomnies.

  • Contes horrifiques

    Insensiblement, la couleur du ciel changea. Le bleu presque blanc de la canicule vira à l'outremer et à l'indigo, par place. Chaque aube trouvait le jour plus dilué, et le fond de la nuit rongeait sa voûte comme une lèpre. Un jour -mais était-ce encore un jour ?- le soleil déroula sa course sur une étoffe de nuit éclaboussée d'étoiles minuscules. Ses rayons ne réchauffaient plus rien. Le crépuscule fut d'un noir mat et sans astres. Le soleil ne reparut pas. Il se fit un froid sidéral. Ne restait plus qu'à compter les minutes qui nous séparaient de la pétrification. Nous nous serrâmes dans les bras les uns des autres, sans prendre garde à qui nous embrassions ainsi. Il n'y eut plus de bien ni de mal. Nos regards échangés se muèrent en vitrail.

  • Contes horrifiques

    Dire qu'au début, il avait été réticent ! Maintenant, être aussi bien payé pour appeler un nom sur une liste et harceler son interlocuteur jusqu'à le pousser au suicide lui causait une telle jubilation qu'il se demandait bien quel autre métier il aurait pu faire.
    Un jour, son téléphone sonna.