Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

3742

Voilà. Disons, début mars ?

 

Chavassieux_Noir_canicule.jpg"Nous sommes en 2003. Lily est taxi. Elle accompagne un couple de vieux agriculteurs sur la route de Cannes, en pleine fournaise. Et si la canicule se prolongeait indéfiniment ?

Sur l’autoroute, les bolides klaxonnent de loin, fusillent le rétroviseur d’appels de phare et passent en trombe.

À mesure que la température monte, les personnages se dévoilent, entre amour et violence. Lily songe à sa plus grande fille, Jessica, que l’adolescence expose aux premières déconvenues sentimentales. À son ex-mari, qui l’a quittée pour une femme plus jeune. À leurs anciens jeux érotiques...

Il y a quelque chose de pourri dans l’atmosphère. La vie semble se résumer à une peur de souffrir.

Et le lecteur est loin d’imaginer ce qui l’attend…"

 

(C'est la quatrième de couverture. Elle donne bien le ton, je trouve)

Commentaires

  • ça donne envie, serait-ce un retour à la SF, Christian?

  • Je serai présent au rendez-vous. Avec une certaine impatience.

  • Jacques : merci.
    Jo : non, pas de retour vers la SF. Ma dernière tentative a été retoquée par mon éditeur, alors... Pour "Noir Canicule", il y a une dimension apocalyptique indéniable, une ambiance de fin du monde. Mais seule la dernière phrase sonne comme une prémonition.

  • Bravo ! je suis impatiente de découvrir ce noir canicule

Écrire un commentaire

Optionnel