Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

3070

 « Que se serait-il passé si les États-Généraux avaient été confinés dans le secret du château de Versailles, plutôt qu'aux Menus plaisirs, ou dans la salle du Jeu de paume, des lieux où le peuple s'est invité, par les fenêtres si besoin, que se serait-il passé si les débats s'étaient déroulés sans publicité, je veux dire, sans public ? Sache-le : l'idéal aurait été durablement tenu à l'écart. Les députations des différents ordres se seraient arrangées. On aurait abouti à des accords entre possédants et le roi serait encore là, les pensions versées, les charges aux mains d'une élite. La réduction des gestes dont je parlais. Mais le peuple s'est invité et a imposé son pauvre idéal : de quoi se nourrir, vivre en paix, travailler et faire connaître ses improbations. Un idéal de serf ou peu s'en faut, j'en conviens, un projet pour les chiens. Le peuple ne rêvait guère plus haut. Pour ne l'avoir pas compris, pour avoir d'abord tenté de maintenir l'existant au mieux de leurs intérêts en sacrifiant un peu mais sans rien changer d'essentiel, nos élus ont laissé fermenter une nouvelle insurrection. (...) L'idéal populaire a brusquement pris des couleurs ! Quand nos bourgeois ont compris qu'ils ne s'en tireraient pas avec de belles déclarations, ils se sont retournés contre ceux qui leur avaient permis d'accéder au pouvoir, un pouvoir qu'ils n'avaient jamais prévu de partager avec la plèbe. Que tout reste en place, quitte à fusiller la foule !..."

 

Extrait de La vie volée de Martin Sourire à paraître chez Phébus, le 3 janvier 2017.

Écrire un commentaire

Optionnel