Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A la manière de...

Proust

Nous fûmes interrompus (sans que Gilberte, qui nous représentait avec une savoureuse ironie les inquiétudes excessives de son père quant à son état de santé, ne s'en offusque, car elle ne tenait plus à poursuivre son discours, qu'un remords soudain, venu avec le souvenir de l'anxieuse inertie de ses frasques passées, lui faisait apparaître, avec toute la rigueur des Vanités, aussi illusoire qu'ennuyeux pour son auditoire) par la voix du Ministre de la Santé, que Mme Verdurin se vantait de connaître plus complètement que son propre mari, quoique pour des raisons différentes, qui (sans se soucier de la grossièreté de son irruption radiophonique) énonçait de son timbre uniforme, épuisé par les heures tragiques que le pays traversait, les dernières consignes élaborées dans son cabinet, dans lequel (nous étions depuis longtemps enseignés de ce fait, comme par un phénomène de capillarité dont nous aurions été les mèches et le milieu dans lequel nous baignions le combustible, ce qui nous dispensait d'échanger le moindre mot à ce sujet), M. Verdurin avait ses entrées.

 

Et j'arrête là.

Commentaires

Écrire un commentaire

Optionnel