Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nouvelles/textes courts

  • 3708

    Courageux celui qui captura le tigre pour l'anniversaire du maharadja. Héroïques ceux à qui incomba de l'emballer dans du papier cadeau.

  • 3707

    Je demande à la pharmacienne des suppositoires contre la chute des météorites. Elle s'étonne : « Des suppositoires ? La chute des météorites ?
    - Oui.
    - Qu'est-ce que vous me chantez ? » ricane-t-elle.
    Je lui désigne alors la publicité qui nous surplombe et vante l'efficacité d'un anneau qu'on enfile à je ne sais quel doigt et est censé anéantir les ronflements. Je lui retourne sa protestation : « Qu'est-ce que vous me chantez ? »

  • 3706

    - « Et, à part l'écriture, votre passe-temps favori ? »
    - « M'occuper de ma douce. »

  • 3705

    La colère nous épuise. La nôtre et celle des autres. On aspire à une paix qu'on se refuse soi-même, qu'on n'obtiendra que par extrême lassitude, au bout de nos révoltes. Il s'agira donc d'un abandon, d'une défaite, et voilà qui nous met encore en rage. Vivants ?

  • 3704

    Elle rentrait chez elle après le travail. Il y avait une manif de gilets jaunes. Elle est restée prudemment à distance mais c'était son chemin. Une balle de LBD dans les jambes l'a fait s'écrouler. Les policiers se sont précipités sur elle et lui ont fracassé le crâne à coups de matraque. Des séquelles à vie, maintenant. Elle n'a que 19 ans. On pourrait même se satisfaire d'une justice qui punirait les coupables. Sauf que, même ça, elle n'y aura pas droit.
    Ce matin, j'avais prévu d'écrire une chanson d'amour. Ça va être difficile.

  • 3703

    Je marche dans la rue. J'entends derrière moi une voix de femme : « Allez, on marche. Allez ma petite ! » que je comprends comme les encouragements d'une mère à sa fille. La voix approche, et toujours : « Allez, Maria, marche ! Ne traîne pas. Il faut pas s'écouter si on veut avancer dans la vie. C'est dur mais c'est comme ça. Allez ! » La voici à ma hauteur ; elle me dépasse vivement. Elle est seule. Une petite bonne femme seule, dans un vieux manteau gris, gestes saccadés, à qui l'on a dit que, si elle avait perdu dans l'existence jusque là, si elle était au chômage, si on l'avait battue, si elle s'était retrouvée à la rue, c'était par manque de volonté. Alors, elle s'assène à elle-même les mots de sa malédiction. Ils ont gagné, les salauds.

  • 3701

    On m'a traité de réac, de trotskyste, de syndicaliste, de laxiste, de philosophe, on m'a même traité d'écrivain. Quel sérieux on m'a prêté !

  • 3700

      Mina appelait sa mère quotidiennement, plusieurs fois ; elles étaient très liées. Alors deux jours sans nouvelle de sa fille, Martha était très inquiète. On ne l'avait pas vue non plus à son travail. C'était une indélicatesse impensable chez elle. Il n'y aurait aucun secours du côté de la police, la mère le savait : « votre fille est majeure, elle a le droit de partir sans prévenir personne », lui rétorquerait-on. Après une enquête infructueuse auprès des hôpitaux, Martha se rendit à Paris où vivait Mina. Elle avait la clé de l'appartement. Car c'était le sien. Martha avait décidé de vivre en province auprès de son compagnon ; Mina venait de trouver cet emploi dans la capitale. La solution était évidente : lui prêter son appartement déserté, plutôt que de le louer. Le concierge de l'immeuble confirma qu'on n'avait pas vu la jeune femme depuis plusieurs jours. Il ne s'était pas inquiété : une belle fille comme ça pouvait découcher quelque temps. Martha pénétra dans l'appartement. Tout était en ordre, propre. Aucune trace de lutte ou de cambriolage, pas d'effraction. Comme si sa fille était partie après avoir fait un ménage consciencieux, sans précipitation. Martha savait qu'elle devrait s'en sentir apaisée. Pourtant, un sentiment de panique commençait à la gagner. Elle appela son compagnon, demeuré chez eux : « Je vais rester ici, au moins cette nuit. On ne sait jamais, elle va peut-être rentrer. » Le crépuscule. Martha ne parvint pas à manger. L'appartement silencieux. L'obscurité. Elle erra un temps sans but entre les pièces avant d'aller se coucher dans la chambre de Mina.
      Un dernier coup de fil à son compagnon. Elle : des pleurs d'angoisse. Lui : des paroles rassurantes. Chacun dans son rôle. Le sommeil enfin, qui la saisit. Et puis, dans la nuit, Martha se réveille brusquement. Elle est en sueur. Une pensée a surgi, qui l'a jetée hors des rêves. Le rappel d'une sensation, plutôt. Dans la soirée, alors qu'elle était assise ici, elle avait échappé un stylo de son sac à main. Il avait glissé sous le lit ; elle s'était penchée pour le ramasser. Il lui revenait seulement maintenant, mais avec quelle autorité, que ses doigts, en saisissant le stylo, avaient touché quelque chose. Et maintenant, la sensation de ce quelque chose venait de s'éclairer dans ses pensées : ce pourrait bien être une masse de cheveux. Les cheveux du corps de Mina au dessus duquel elle dormait depuis quelques heures.
    Elle éclaira, se précipita. C'était sa fille, nue martyrisée, torturée, violée, étranglée.

    Tuée par le concierge, qui n'avouerait que des semaines plus tard.

  • 3699

    "Je peux tout expliquer !" s'exclama-t-il quand elle entra dans la chambre et le découvrit nu, dans les bras d'une femme, également nue. Et en effet, l'épouse n'aurait pas pu comprendre sans ses explications que la jeune femme avait été enlevée par une expédition punitive de Ouïgours, décidés à venger la mémoire du chef de leur groupe, tué par le patron de celle-ci, qui était sa secrétaire, un patron malfaisant qui la tenait sous sa coupe à cause d'un chantage à propos d'une vieille histoire familiale, c'est dire qu'elle ne l'aimait pas, d'ailleurs elle avait félicité les Ouïgours de leur acte de résistance et de l'exécution dudit patron, mais ils ne voulurent rien savoir, l'emmenèrent avec eux comme on soustrait un témoin gênant pour la suite des opérations car ce n'était pas fini, l’entraînèrent jusqu'à la frontière où ils avaient le projet de l'exécuter à son tour dans un garage en banlieue selon une méthode très barbare et affreuse, une spécialité de ces contrées. Elle parvint à s'évader par les égouts et, comme elle savait que le groupe avait des chiens, elle dut abandonner ses vêtements espérant, plongeant son corps — très beau, gracile, souple, elles sont toutes comme ça dans ce pays — dans l'eau noire des égouts, échapper à ses poursuivants. Bien lui en prit ; elle sema Ouïgours et limiers de cette façon et parvint, exténuée, ici où, paumée et on le serait à moins, elle sonna à la porte, et qu'il la trouva tandis que ("tiens-toi bien ma chérie, c'est là que ça devient incroyable"), la fièvre qui l'avait obligé cet après-midi à ne pas aller travailler, l'avait soudain quitté et que, transporté de bien-être après cette soudaine guérison, il se promenait nu pour s'assurer qu'il était totalement remis ("on fait comme ça chez nous, mais si, je t'ai déjà expliqué ce principe"). Ce qui fit qu'elle lui tomba à moitié évanouie dans les bras. Comprenant immédiatement son état, et pendant qu'elle lui racontait son aventure dans un français approximatif, il la doucha, la sécha et entreprit de la réchauffer. Lui n'avait pas eu le temps de s'habiller avec tout ça et, sentant le retour d'un peu de fièvre, avait jugé que son corps serait une source de chaleur plus efficace que n'importe quel truc d'appoint. Voilà.

  • 3698

    Le paon chamarré au milieu des modestes poules. Superbe, bien sûr, mais complètement à côté de la plaque.

  • 3697

    Je sais de quoi serait composé mon enfer. On me repasserait pour l'éternité l'interminable cortège de mes heures improductives, de mes paresses stériles, et je devrais méditer sur tout ce que j'aurais pu faire plutôt que de glander ainsi. Et ma honte ne s'émousserait que très loin, au bout du spectacle. Trouverais-je une consolation dans la nombreuse compagnie de mes contemporains ?

  • 3696

    « Je crois en revanche que vous êtes, Christian, un conteur et que le genre qui vous va à la perfection n’est pas la science-fiction mais bien la fantasy. Je sais votre attachement à la SF, mais votre vision du monde, cette vision grand angle et ce goût de l’envol, la fantasy peut le porter. Et c’est le pari que vous aviez réussi avec les Nefs. (…) il vous reste un territoire à explorer, qui n’est ni de la SF ni du roman historique mais la rencontre d’une vision politique et d’un souffle historique. La fantasy. Soyez le conteur que vous pouvez être, revenez avec douceur et simplicité aux personnages en prise avec l’histoire, racontez-nous des contrées nouvelles que le temps n’a su dater mais qui sauront, par leur intemporalité, nous parler, aujourd’hui, dans cette ère troublée dans laquelle nous entrons. La fantasy française a besoin de souffle, soyez-en le vent. » Comment mon éditrice use de diplomatie pour me refuser avec élégance un manuscrit de SF… Nous avons toujours eu, elle et moi, des rapports d'honnêteté, des rapports parfois tendus, certes, mais francs (ceci expliquant cela).

  • 3695

    René Ferrari, répondant à René Char : "Ce qui vient au monde pour ne rien doubler, ne mérite ni égard ni patience".

  • 3694

    Et si Ulysse tardait à rentrer parce qu'il avait peur de coucher avec sa femme ? Le lit conjugal, ultime épreuve de l'Odyssée, menace de nouveau naufrage, irrémédiable celui-là.

  • 3693

    Une pensée pour la cible qui écoute les joueurs préparer leurs fléchettes.

  • 3692

    La dame passe devant moi. S'arrête. Elle regarde mes livres, jette un œil sur le panneau qui dit mon nom, me dévisage, non, décidément, elle ne voit pas quel écrivain je peux bien être. Elle ne m'a jamais vu à la télé. Je la sens inquiète, alors je tente : « Je ne suis pas très connu, rassurez-vous. » Soulagée, elle me demande gentiment : « Et ça va, vous vendez un peu de livres ? » Je lui réponds qu'on fait ce qu'on peut, que voulez-vous. Alors, avec la plus grande compassion, beaucoup de gentillesse, elle veut me consoler et lâche dans un soupir : « Et oui ; c'est que vous êtes pas connu. » On n'en sort pas.

  • 3690

    Quelles odyssées barbares j'ai traversées, dans les branches des arbres ! Subsistait, muselée au fond du cœur, la lucidité de l'enfant qu'un goûter attend, bien au chaud. Adulte, point de goûter ; que la sinistre patience des factures. Les odyssées n'en sont pas devenues impossibles, leur cours a seulement plus de prix.

  • 3689

    "On baptise le petit, vous venez ?" Bôh oui, tiens, on aime bien faire plaisir. Mais faut pas pousser : écouter une prière contre la GPA et la PMA qui "menacent dangereusement notre civilisation" là, c'est trop. L'église était pleine de nuques inclinées, à l'unisson du chant, là-bas, qui maudit et condamne. On est sortis. La nausée, quoi.

  • 3688

    Cette fois, il ne signa pas la pétition : la militante ouzbèque était pas terrible.

  • 3687

    "Un sport très dur, c’est la partie de King Kong."