Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

kronix - Page 3

  • 3248

    Monsieur Couillard en avait assez qu'on se moque de son prénom : Juliette.

  • 3247

    Il fut un nourrisson négligé, un enfant martyrisé, un écolier  rejeté, un amant moqué, un employé harcelé, un vieillard méprisé. Et alors, d'une méfiance envers les autres !

  • Nefs de Pangée - Nouvelle critique

    L'autre jour, à la libraire Les Lucioles, à Vienne, Laurent, le libraire qui m'avait honoré de son invitation, m'avoua que, s'il ne l'avait pas lu si tard, Les Nefs de Pangée auraient probablement emporté le prix Lucioles, l'année de sa publication. L'aveu vaut remise, à mon sens, et j'en suis très heureux. Je vois aussi que, sur la toile, les internautes ne désarment pas et sont toujours les meilleurs défenseurs de mon roman (ce pourquoi, un an et demi après sa sortie, il n'a pas quitté les rayons de nombreuses librairies). Merci à eux et, en l'espèce, à L'Encre et la Bannière, qui relate sa lecture des Nefs, avec les précautions d'usage. Une précision : l'auteure de la chronique évoque des coquilles gênantes. Je veux dire ici que ce problème est résolu dans les rééditions et éditions Poche.

  • 3245

    Le petit oursin à la foire du trône, bien triste que les enfants lui préfèrent les ballons.

  • 3244

    La chair est triste hélas, et j'ai lu tous les Tintin.

  • 3243

    Longtemps, il s'était couché de bonne heure pour lire Proust

  • 3242

    Julien Bétan, Melchior Ascaride, Mathieu Rivero (auteurs chez Les Moutons électriques) et votre serviteur, nous serons à la librairie Lucioles, à Vienne, dès 15h30, pour une rencontre suivie d'une séance de signatures.

    La librairie organise ainsi une sorte de festival autour des littératures de l'imaginaire, commencé jeudi avec Jean Hegland, continué vendredi avec Jérôme Vincent (éditeur ActuSF) et les incontournables Sylvie Laîné et Danielle Martinigol, pour se conclure, donc, par notre venue ce samedi.

    La librairie Lucioles a une excellente réputation, je me réjouis d'y être invité.

  • 3241

    Avec certaines bibliothèques, j'ai des relations particulières. C'est le cas de celle de Gilly-sur-Isère (comme vous savez si vous fréquentez souvent ce blog) ; c'est le cas de celle de Fleury-la-Montagne. Je suis ce soir, à 18 heures, invité par l'équipe de cette dernière, pour évoquer "La vie volée de Martin Sourire". Lecture, explications, contexte, histoire... je me livre. Nous vous espérons nombreux (et il y a toujours un pot extraordinaire en conclusion).

  • 3240

    Sur la vidéo, on voit bien que notre collègue a battu l'air avec ses bras pendant les trois premiers étages. Et puis il s'est découragé, et il est tombé comme une merde sur les 30 étages suivants. Que ce soit une leçon pour tous : il ne faut jamais baisser les bras. Bon Jean-Michel, c'est à vous.

  • 3239

    Prochains rendez-vous, les amis : ce vendredi 9 juin à 18h, à l'excellente bibliothèque de Fleury-la-Montagne, pour La vie volée de Martin Sourire ; et samedi 10 juin, dans le cadre des Trois jours de l'Imaginaire organisés par la librairie Lucioles, à Vienne, avec une rencontre-conversation-lecture de 15h30 à 17h suivie d'une dédicace de 17h à 18h30 à propos des Nefs de Pangée (et accessoirement de mes autres romans). Je serai en compagnie des auteurs d'un ouvrage original, Tout au milieu du Monde : Julien Bétan, directeur littéraire chez les Moutons électriques,  ancien rédacteur en chef de la revue Fiction, traducteur, essayiste et co-auteur de Tout au milieu du monde ; Melchior Ascaride, graphiste, et illustrateur de Tout au milieu du monde ; Mathieu Rivero, auteur  également  de Or  et  nuit  et  de  la  série  pour  ados Les arpenteurs de rêve chez les Moutons électriques.

    Juin sera également le mois qui verra s'achever la démarche Portraits de Mémoire, entreprise il y a un an, et ma présence au Salon du livre de Mer ( !) à Noirmoutiers. Mais de cela, je vous reparlerai.

  • 3238

    Un roman basé sur des faits réels alternatifs.

  • 3237

    En fait, sur son île, Robinson n'était pas vraiment seul. Il avait un ténia.

  • 3236

    Sire, vous pouvez lâcher l'oreille de votre grognard : le reste vient de partir avec un boulet.

  • 3235

    Pour écrire sur les blessures des autres
    Pas le choix : retourner la plume contre soi.

  • 3234

    Celui-là, qui écrit comme un sourd.

  • 3233

    La commune d'Empoigne, dans l'Ain, s'est enfin résolue à organiser la grande foire annuelle qui lui fait défaut, et qu'elle a constamment repoussée pour des raisons de dénomination, craignant une méprise.

  • 3232

    Dans le café, un monsieur vient saluer chaque client : « Bonjour, je suis timide et je vous emmerde. » Chacun, comprenant qu'il s'agit là d'une thérapie, salue et sourit avec bienveillance.

  • 3231

    Avril sous les cris d'hirondelles, avait éclairé le jardin de promesses, les cerisiers coiffés de fleurs, les muguets en avance, les bosquets criblés de bourgeons, tout resplendissait. Et puis le gel franc en deux aubes, et puis la grêle d'un soir, avaient abattu ces plaisirs à venir. Il n'y aurait pas de cerises cette année, elles étaient éparpillées dans l'herbe, vertes et avortées, minuscules, sous la coupe du feuillage haché prématurément. Mai venu claironna un solo cuivré de thermidor cette année-là. On ne travaillait dehors qu'à la fraîche, on préférait à midi manger dans la pénombre des maisons mais on dînait dans le jardin bien sûr, on s'attardait avec les amis dans l'obscurité en riant, on laissait le soir mourir sur les épaules, on ne se couvrait pas. Les nuits furent clémentes. Mado et Léo, quand ils étaient seuls, s'offraient des heures également alanguies, leurs paroles, voix feutrées sous les arbres, tournées vers le couchant. Voix assourdies au point que les verdiers excités submergeaient leur échange. « On est heureux » se disaient-ils. La phrase revenait souvent, et souvent après un long silence, pas pour le rompre car ils n'en étaient nullement gênés, mais comme une réponse à leur bonheur incrédule. Ils se faisaient un devoir de se rappeler combien était précieux leur mode de vie. Ils vivaient dans le luxe de ceux qui ont renoncé à l'abondance pour savourer le temps.

     

    Extrait de Mado. Roman en cours d'écriture.

  • 3230

    Revenir au cœur des hommes
    où les secrets patientent
    Et opérer sans anesthésie

  • 3229

    Longtemps, chaque évocation du Viet-Cong a été pour moi étrangement imbriquée au souvenir de l’éclaircissement de l'expression « à foison ». Comment expliquer ce rapprochement ? J'ai le souvenir précis du moment où j'ai appris certains mots ou certaines expressions. Pour « à foison », j'étais chez ma grand-mère paternelle. Nous y faisions une halte après l'école, mon frère et moi. J'ai moins de dix ans, peut-être à peine neuf. Elle nous fournit en bandes-dessinées. C'était avant Strange, Marvel et consorts. Nous lisons alors les BD des éditions Monjournal, productions de qualité erratique pleines de Zembla, de Yulma, Akim et autres Blek le roc. Là, il s'agit de G.I. enfoncés dans la jungle dans laquelle se trouvent des 'Viets' "à foison". Ma grand-mère explique, tout en faisant le ménage : « ça veut dire qu'il y en a beaucoup ». Et oui.